Actualités icon

Hikikomori : les reclus volontaires ?

Actualité Publié le 22 Juin 2020

Ils ne quittent pas leur chambre, restent enfermés chez eux des mois voire des années. Loin du confinement obligatoire que nous venons de vivre, ces jeunes sont des "reclus volontaires". On les appelle les Hikikomori, un mot japonais qui signifie se cloîtrer.

r1118_9_hikikomori_invisibles_confines-2.jpg

En France, ils seraient des dizaines de milliers, des garçons en majorité, adolescents et jeunes adultes à se retirer de la société, abandonnant études ou travail pour s’enfermer, rompre avec un quotidien qui les oppresse. Ils échappent à toutes les statistiques et n'apparaissent nulle part. Un phénomène qui est apparu au Japon dans les années 90 : la crise économique, la pression scolaire auraient multiplié ces cas de claustration.

Aujourd’hui, les chercheurs du monde entier s’interrogent sur cette conduite.  Est-elle le révélateur d’une souffrance contemporaine ou cache-t-elle une maladie psychiatrique ?

Ce documentaire de 70’, réalisé par Michaëlle Gagnet, éclaire sur ce mal mystérieux en suivant le travail de Marie-Jeanne Guedj, psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne, une des premières à s’être intéressée à ces jeunes reclus. Elle conseille et soutient également leurs parents désemparés qui se battent malgré leur sentiment de détresse et d’impuissance.

Un documentaire réalisé par Michaëlle Gagnet, produit par Magneto avec la participation de France Télévisions disponible en repaly jusqu'au 16/07/20 sur france.tv